CRTU I (2012)

Le défi de la croissance
Selon les prévisions, la région Bienne-Seeland va enregistrer une croissance démographique d’environ 6% jusqu’en 2030, alors que dans le Jura bernois, la population va plutôt stagner. La planification de l’urbanisation et des transports doit, d’une part, être parée pour faire face à la croissance prévisible et, d’autre part, par des moyens adéquats, à la menace possible d’un recul de la population. Si la population doit s’accroître, le nombre de places de travail devra lui aussi augmenter. Aujourd’hui, les entreprises qui ont besoin d’une surface de 5 à 10 hectares, notamment, disposent de peu de choix. Mais c’est aussi au niveau qualitatif qu’il faut viser la croissance. Des potentiels existants, tels que le tourisme ou la production d’énergies renouvelables, sont encore trop peu exploités. La mobilité accrue de la population nécessite des offres supplémentaires sur rail et sur route, sans que celles-ci ne portent atteinte à la qualité de vie.

Atouts à jouer
Fondamentalement, le but du Plan directeur régional est de créer les conditions-cadre requises pour la croissance dans une optique de durabilité et d’amélioration de la qualité de vie dans toute la région. C’est en concentrant les ressources publiques (limitées) et privées là où elles déploieront le plus d’effets que l’on réussira à renforcer les qualités des sites. Il s’agit donc de fixer des priorités pour développer les atouts de la région (et des sous-régions) et pour remédier de manière ciblée à d’éventuelles lacunes. Pour y parvenir, il faut définir des zones prioritaires pour le développement de l’urbanisation en matière de logements et d’emplois ainsi que  renforcer l’industrie locale. L’extension des infrastructures en matière de transports tient compte des besoins de mobilité croissants et réduit les conséquences non désirées du trafic individuel motorisé. Un autre objectif est la protection du paysage (contre le mitage) et sa revalorisation, afin de préserver et de renforcer sa fonction en tant qu’espace naturel et de détente ainsi qu’en tant que base de l’agriculture.

État du projet
La CRTU I a été adoptée à l’unanimité lors de l’Assemblée des membres du 26 juin 2012 et approuvée par le Canton le 22 octobre 2012. En 2016, elle fut remplacée par la CRTU II.